Navigation Menu+

La cohérence cardiaque

UN RYTHME RESPIRATOIRE BIENFAISANT.

La cohérence cardiaque est le résultat d’une pratique respiratoire rythmée à la fréquence de 6 respirations par minute, selon une courbe régulière de 5 secondes à l’inspiration et de 5 secondes à l’expiration, en focalisant son attention sur le cœur.

Lorsque cette respiration est maintenue pendant au moins 5 minutes on obtient un état qui est appelé « la résonance cardiaque ».

Cette résonance cardiaque va amener des bienfaits immédiats et remarquables dans l’organisme en particulier sur le stress, car elle induit une baisse de cortisol (hormone du stress) pendant plusieurs heures.

Cette respiration en Cohérence Cardiaque permet au système neurovégétatif d’entrer en équilibre. Cet équilibre va avoir des conséquences positives sur l’état émotionnel et sur les différentes fonctions du corps sous la dépendance du système sympathique et parasympathique.

La respiration en Cohérence Cardiaque a une action sur les biorythmes du corps humains qui vont progressivement par l’entrainement entrer en équilibre.

Pour des résultats durables, il est recommandé de pratiquer la respiration en Cohérence Cardiaque 5 minutes trois fois par jour, sur une longue période.

En cabinet, cette respiration va être associée suivant la demande spécifique :

à un apprentissage d’évacuation et de réduction du stress : le réflexe « crise de calme ».

à un travail sur la mémoire émotionnelle pour permettre d’éliminer  des éléments perturbateurs du psychisme, pour en modifier le ressenti.

à un travail pour agir sur des états traumatiques résiduels  du passé qui affectent le présent.

à un travail de centrage sur le cœur pour amener à la conscience des émotions positives et les engrammer.

à un travail sur les troubles alimentaires en diminuant, et désamorçant les états pulsionnels par une reprogrammation émotionnelle.

Certaines techniques de SOPHROLOGIE (S.A.P – S.C.S – S.P.I.) peuvent être utilisées en alliance avec la respiration en Cohérence Cardiaque dans l’objectif de réduire l’impact des émotions néfastes (peur, colère, anxiété, appréhension etc.) qui désorganisent le système nerveux.